top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGerel

Peuple du désert, première victime du réchauffement climatique.

Dernière mise à jour : 19 août 2022



Dans le désert de la Guajira, un peuple disparaît dans l'indifférence la plus totale.


A cheval entre la Colombie et le Vénézuela vivent les Amérindiens Wayuu, une des dernières communautés matriarcales au monde. Après des siècles de combats sanglants et de politique contre les colons, les Wayuu ont toujours réussi à préserver leur mode de vie unique. Mais aujourd'hui, les défis à relever sont encore plus durs. Le réchauffement climatique a rendu le désert encore plus sec, asséchant les réserves d'eau déjà rares dans cet environnement hostile.


Sans accès à l'eau, ce sont plus de 500 000 Wayuu qui devront migrer vers les villes, risquant ainsi de voir disparaitre leur culture et de vivre dans une grande précarité.


Vivant en harmonie avec leur environnement depuis des siècles, ils sont les victimes du monde moderne sans en être les contributeurs. Leur territoire est couvert de sacs en plastique portés par le vent depuis les villes en bordure de désert et par les déchets ramenés par la mer.




Vivre au milieu des déchets en plastique et sans eau, c'est le monde que ces enfants ont toujours connu.






Autre effet dévastateur du réchauffement climatique


Le désert de la Guajira est quasiment au niveau de la mer. D'ici 2050, cette région risquerait d'être complètement inondée, devenant de ce fait inhabitable si nous ne faisons rien.




Nostalgie d'un monde perdu


J'ai eu l'honneur de rencontrer la doyenne d'une rancherìa, une femme discrète qui ne m'a pas parlé mais qui me souriait avec beaucoup de tendresse. Elle qui enfant n'avait jamais vu de sac en plastique et qui maintenant, vit entouré par eux en permanence. Je me faisais cette triste réflexion et c'est à ce moment là qu'elle me regarde et me dit en Wayuunaiki "Regarde, le jour se couche, le jour se couche.". Il m'a fallu beaucoup de temps pour comprendre ces mots.





La survie avant tout


Station-service improvisée



Important en contrebande l'essence venant du Venezuela en crise, certains Wayuu improvisent des stations-service en plein désert.


Les enfants bloquent les routes avec des cordes pour demander aux voyageurs un peu d'argent pour pouvoir passer.



Cerrejon, le train de la honte




La mine de charbon à ciel ouvert


Malheureusement pour les Wayuu, leur territoire est riche en matière première (dont ils ne touchent rien), ce qui donna naissance à la plus grande mine de charbon à ciel ouvert au monde, qui devrait produire 3000 tonnes de charbon. Par rapport à une telle manne financière, que valent des Amérindiens ? Un chemin de fer traverse leur territoire jusqu'à la mer. Deux trains de 128 wagons passent tous les jours, propageant leur poussière nocive sur tout le territoire. Face à des grands actionnaires privés suisses et américains, la voix des Wayuu ne pèse pas bien lourd.





Conclusion


Le peuple Wayuu va sûrement disparaître d'ici quelques années si rien n'est fait pour leur venir en aide.


Le manque d'eau, les exploitations minières, la montée de la mer sont les choses qu'ils auront à affronter ces 50 prochaines années. Peuple fier et courageux, leur disparition serait une perte pour notre planète et une honte d'avoir laisser faire sans agir à cause de notre société moderne qui est totalement responsable de leur malheur. "Regarde, le jour se couche, le jour se couche."


Photos réalisées en 2017 Mise à jour de l'article : juin 2021



66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2_Post
bottom of page